Les plantes magiques de Recycl’eau

Pollutions à grande échelle, raréfaction des ressources, accroissement de la consommation… L’eau est un enjeux mondial majeur tant du point de vu écologique, géostratégique, économique que politique. Aussi, de nombreux métiers voient le jour pour tenter de répondre à ces préoccupations. Si certains cherchent à gérer les consommations ou éviter les pollutions de l’eau, Arnaud Alary, hydroécologue et fondateur de la société Recycl’eau a décidé de s’attaquer à son assainissement. Mais à la différence des traitements classiques de filtration au sable, d’ajout de bactéries ou des solutions chlorées, ce chef d’entreprise n’utilise qu’un ingrédient, toujours étonnant et quasi-magique : les plantes. Cela s’appelle de la phytoépuration.

 

Ils ne sont que cinq en France. Les hydroécologues sont en quelque sorte des « médecins de l’eau ». D’abord, ils établissent le diagnostic et déterminent les agents pollueurs de l’eau. Puis ils recherchent le remède le plus adapté : « Quelle plante sera la plus adaptée pour éliminer telle substance ? » Des connaissances et un savoir-faire qui se répandent de plus en plus grâce à l’ouverture de nouveaux cursus universitaires. (3’42)

Du 12 au 17 mars, le 6ème Forum Mondial de l’Eau ouvrira ses portes à Marseille. En tant qu’hydroécologue, Arnaud Alary fait un constat de l’état de l’eau dans le monde. Verdict plutôt mitigé. (3’38)

Au-delà du retraitement des eaux usées, la phytoépuration est surtout connue pour son application aux piscines naturelles. Ces bassins, souvent installés chez les particuliers, ont connu une belle croissance au début des années 2000 sont aujourd’hui remis en question par certains usagers. Arnaud Alary tient à casser les préjugés qui se sont formés au fil des années. (2’44)

Vous désirez devenir hydroécologue ? Il est possible de suivre une licence en écologie des écosystèmes aquatiques perturbés, puis un master valorisation de la biodiversité et des bioressources. Plus d’informations sur les-sciences-pour-les-metiers-de-demain.onisep.fr

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

Yolaine De La Bigne

Femme en or de l’environnement en 2007, journaliste de presse écrite et radio, auteur de plusieurs livres, elle a été une des premières « rurbaines » à habiter entre Paris et la campagne. De sa collaboration avec Nicolas Hulot pour Ushuaia et Allain Bougrain Dubourg, en passant par le prix Terre de Femme de la Fondation Yves Rocher, la création de Fêt Nat’ en 2006 ( fête de la nature et de l’écologie ), Yolaine renforce son engagement personnel à travers le lancement de l’agence de presse Kel Epok Epik et de Néoplanète.