écouteznotreradio
LES RUBRIQUES LE MAG LES RADIOS
Actu
Le mauvais temps emportera plus que le vent
Conso
Nos courses du mois de septembre
V.I.P
C’est fini pour le « frère » de l’environnement

Bien-être
Un « Cartable sain » pour la rentrée des écol…os
Eco-Gestes
Des éoliennes qui vont de l’a-vent
Animaux
Une femelle panda simule une grossesse malgré elle
Yolaine de la Bigne
  • écoutez la chronique Environnement

    Ecouter

  • écoutez la chronique Bonne nouvelle

    Ecouter

Nos Webradios

sengager

Une expédition pour mieux connaitre la biodiversité centrafricaine

Le 18 décembre 2012 à 1:00 par · Donner son avis 

Direction la République Centrafricaine, au cœur du Parc National Dzanga-Ndoki, dans le sud-ouest du pays. Néoplanète vous fait voyager en compagnie de l’entomologiste Philippe Annoyer et de son association, Insectes du monde, parti faire l’inventaire de la biodiversité dans cette extraordinaire forêt primaire.

Par Margot Cordonnier

L’expédition « Sangha biodiversité en terre pygmée » vous emmène dans le Parc national de Dzangha-Ndoki où une forêt dense -2ème plus grande forêt tropicale au monde après l’Amazonie- abrite des trésors de faune et de flore. Pourtant la région est peu étudiée car difficile d’accès.

« Dans cette forêt, on compte par exemple plus de 120 espèces de bousier, un scarabée, explique Philippe Annoyer. C’est exceptionnel, car la moyenne dans les forêts africaines est plutôt de 70 à 80. Mais en Centrafrique, les grands mammifères sont préservés, et c’est ce qui explique la présence de ces bousiers. »

L’équipe s’est concentrée sur l’étude des insectes. « Leur présence ou non est un bon indicateur de la modification d’un milieu, indique le spécialiste. En plus, ils dégradent nos déchets : bois mort, excréments… ils aiment tout !  Nous leur devons beaucoup de choses. » D’autres analyses ont porté sur les arachnidés, les oiseaux, les amphibiens, les reptiles, les poissons, les chauves-souris et la botanique.

Cette expédition avait pour but de sensibiliser la population (étudiants, porteurs, pisteurs…) à la préservation de la nature et à des actions durables. L’association a d’ailleurs mené des opérations dans des écoles en Centrafrique et en France, grâce à des cahiers d’échange entre les enfants des 2 pays.

A terme, elle aimerait construire un Muséum d’histoire naturelle en Centrafrique ainsi qu’une serre d’élevage d’insectes pour éviter aux habitants de prélever les papillons dont ils ont besoin pour leur artisanat (bijoux, tableaux) dans la nature.

 

L’expédition est soutenue par la mairie de Lavaur.

 

Article(s) sur le même sujet

Alain Baraton : « Il ne faut pas contraindre la nature, mais l’accompagner »

Alain Baraton est jardinier en chef du Domaine national de Trianon et du Grand Parc de Versailles. I

Les artistes de mobilisent pour la forêt

L’initiative vient de Luc Jacquet, réalisateur oscarisé pour La Marche de l’Empereur. A l’aide de so

Vibrez aux sons du brame du cerf

Nous sommes allés en forêt de Rambouillet pour observer un phénomène qui trouble, chaque année, la q

L’été indien, pas une promesse de gascon !

Avec plus de 2 200 heures d’ensoleillement annuel et ses nombreuses activités outdoor, les Landes co

PARTAGER
OU
NEWSLETTER
Restez connecté ! Recevez chaque semaine les meilleurs News Bien-être, Eco-geste, Conso . Neoplanete c'est toutes l'actu sur l’environnement qui présente l’écolo-attitude de façon pédagogique, glamour et positive :)