écouteznotreradio
LES RUBRIQUES LE MAG LES RADIOS
Actu
Les animaux ne sont plus considérés comme « des biens meubles »
Conso
Pâques : on préfère un chocolat éthique et responsable
V.I.P
Cédric Klapisch nous ouvre son livre d’histoire

Bien-être
Entre deux eaux en Italie
Eco-Gestes
Extramuros fait tomber les murs
Animaux
Du Verdon en Afrique, les animaux font leur cinéma !
Yolaine de la Bigne
  • écoutez la chronique Environnement

    Ecouter

  • écoutez la chronique Bonne nouvelle

    Ecouter

Nos Webradios

actu-environnement

L’écologie, un truc de riche ?

Le 30 octobre 2012 à 17:07 par · 2 commentaires 

La consommation responsable ? 47 % des Français interrogés par Ethicity, cabinet de conseil en développement durable, y sont sensibles. Mais comment se positionnent les 8,6 millions de personnes vivant sous le seuil de pauvreté ? Le cabinet s’y intéresse dans l’étude « Les Français à faibles revenus et la consommation durable. »

« Ceux qui ont besoin de faire des économies sont les moins sensibilisés et font partie de ceux qui agissent le moins. » Tel était le constat que dressait Elisabeth Pastore-Reiss, fondatrice d’Ethicity, dans l’étude réalisée par son cabinet, « Les Français et la consommation durable » (septembre 2012). Depuis, la nouvelle étude est sortie.

Que révèle-t-elle ?

  • Les personnes précaires sont soucieuses du coût de la vie, mais 61,8% ne considèrent pas le développement durable comme une nécessité (contre 68 % pour la moyenne française).
  • Les 15-24 ans en difficultés économiques sont davantage sensibilisés, mais agissent moins que leurs ainés en matière de recyclage, d’économies d’énergie, de baisse du gâchis
  • 28,9% des Français à faibles revenus affirment qu’ils n’ont pas changé leurs comportements de consommation à cause de leur pouvoir d’achat.
  • 48,5% pensent qu’il y a trop de choix dans les produits bio, et que leurs messages sont trop complexes. Pour 22 % d’entre eux, les hypermarchés ont d’ailleurs un rôle d’information sur les produits en magasin à jouer.

Pourtant…

  • Ces ménages consomment moins de viande, privilégient les formats économiques et les transports en commun.
  • Les économies d’énergie leur permettent de limiter leur consommation d’eau ou d’électricité et modifie leurs habitudes alimentaires. En congelant, conservant et en réutilisant, ils limitent le gaspillage alimentaire.
  • En cas de besoin, les foyers en difficulté font moins appel aux professionnels qu’aux systèmes d’entraides (amis, voisins, associations…).

Quelles solutions ?

Pour Elisabeth Pastore-Reiss, pas de doute, « il faut montrer en quoi la consommation durable a des bénéfices économiques et sert la qualité de vie. » Il faut valoriser les systèmes D et l’entraide (les approches collectives comme l’Accorderie).

L’étude incite les parents en situation financière difficile à sensibiliser leurs enfants, car 12,1% des personnes précaires interrogées ont changé leurs habitudes suite à l’insistance de leurs proches, contre 9,1% sur l’échelle nationale.

 

Après un an passé en Irlande où elle obtient son bac à lauréat, elle revient en France où elle suit une année de lettres modernes à la faculté de Bordeaux. Depuis 2011 elle suit une formation de journaliste à Paris.

Article(s) sur le même sujet

La consommation responsable est en marche

A l'occasion du forum "Réenchanter la consommation durable", nous avons rencontré Bruno Rebelle, ex-

Trop de viande tue la Terre

Le futur sans viande de Bill Gates pourrait bien sauver la terre, de quoi donner au milliardaire phi

Les professionnels bretons roulent vert

Le Breizh Mobility Tour est un salon itinérant à destination des professionnels bretons : son object

Le premier App Store du bâtiment est né

Intent Technologies propose une plateforme de téléchargement d'applications numériques pour un habit