écouteznotreradio
LES RUBRIQUES LE MAG LES RADIOS
Actu
Du plomb dans l’aile de l’aéroport Notre-Dame des Landes ?
Conso
Nos courses du mois d’avril
V.I.P
Cédric Klapisch nous ouvre son livre d’histoire

Bien-être
Quels sont les bienfaits du miel de Manuka ?
Eco-Gestes
Assistez à notre débat : Le climat est-il carbonisé ?
Animaux
C’est la semaine des gros chats !
Yolaine de la Bigne
  • écoutez la chronique Environnement

    Ecouter

  • écoutez la chronique Bonne nouvelle

    Ecouter

Nos Webradios

sinformer

Le monde de la chasse s’ouvre aux non chasseurs

Le 28 octobre 2010 à 10:29 par · 1 commentaire 

Une première initiative et pas la dernière, espérons le ! Les chasseurs récalcitrants ont du s’y résoudre, un groupe de travail issu de la Table Ronde Chasse se penche depuis le 1er septembre sur « la cohabitation entre la chasse et les usagers de la nature ».


La discorde sémantique trace inexorablement la frontière:gibier pour les chasseurs, faune sauvage pour les protecteurs des animaux. Chacun défendant son pré carré. Dans ces moments d’incompréhension, reste alors l’écoute, toujours très efficace quand chacun essaie de se retrancher derrière ses convictions. Depuis des années, des associations comme La Ligue de Protection des Oiseaux, France Nature Environnement ou la Ligue Roc s’adressaient à un mur, recouvert de fils barbelés.

Pour franchir l’obstacle, le ministère de l’Ecologie s’est donc chargé de convaincre la FNC (Fédération Nationale des Chasseurs) de participer au groupe de travail, inspiré par la Ligue Roc, qui défend les droits et intérêts des non chasseurs.

« Pas d’accident, pas sanctionnable ! »

L’objet du groupe de travail sur « la cohabitation entre la chasse et les usagers de la nature » repose sur le bilan des accidents de chasse, recensés ces quatre dernières saisons par l’ONCFS (Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage). Une période pendant laquelle 6 « non chasseurs » sont décédés, des suites d’un accident de chasse avéré. Des données presque marginalisées par la FNC, qui tente de minorer ce constat, selon la ligue Roc.

Ce bilan révèle pourtant  les failles de l’encadrement juridique de la chasse en France. Code de sécurité, périmètre de quiétude, moments sans chasse le week-end, autant de domaines dans lesquels la loi française affiche ses lacunes.

Pour s’en rendre compte, il suffit de lire la circulaire de 1982 qui remet en cause l’interdiction de chasser à moins de 150 mètres des habitations. Ce qui fait dire à la ligue Roc, fondée par  Hubert Reeves, qu’un seul principe domine pour les chasseurs: « pas d’accident, pas sanctionnable ». Et de faire remarquer qu’à titre d’exemple, si les « fautes de sécurité les plus dangereuses sont éliminatoires quand l’on passe le permis de chasse, dans la pratique elles deviennent sans conséquence ».

Reste l’échelle locale où les initiatives sont les plus abouties entre chasseurs et non chasseurs. Pour sécuriser les périmètres autour des terrains de chasse, dans la forêt domaniale d’Ile-de-France, des mesures drastiques ont été adoptées : pas de chasse le dimanche et en principe pas le samedi, mesures pour une bonne cohabitation dans les cahiers des charges des sociétés de chasse.

Mieux vivre en harmonie, entre chasseurs et non chasseurs, voilà le but avoué et optimiste du groupe de travail qui devrait faire connaître ses conclusions dans quelques mois.



Article(s) sur le même sujet

Pourquoi la chasse est dangereuse

La saison de chasse commence en septembre et jusqu’à fin février, pendant 6 mois, les aficionados de

Les chasseurs ne feront pas la l’oie !

Le Conseil d’État a suspendu le 5 février l’exécution de l’arrêté du ministre de l’Ecologie prolonge

Le braconnage du Bruant ortolan continue

Allain Bougrain Dubourg, le Président de la Ligue de Protection pour les Oiseaux, s'est rendu samed

Ours : des cibles pour des concours de chiens de chasse

Une enquête de One Voice et de Baltic Animal Care révèle des pratiques russes dignes du Moyen-Age po