écouteznotreradio
LES RUBRIQUES LE MAG LES RADIOS
Actu
Le mauvais temps emportera plus que le vent
Conso
Dans les arrière-cuisines de la gastronomie française
V.I.P
C’est fini pour le « frère » de l’environnement

Bien-être
Un « Cartable sain » pour la rentrée des écol…os
Eco-Gestes
Mistral : un projet dans le vent
Animaux
Une femelle panda simule une grossesse malgré elle
Yolaine de la Bigne
  • écoutez la chronique Environnement

    Ecouter

  • écoutez la chronique Bonne nouvelle

    Ecouter

Nos Webradios

bouger

Promenade au coeur du Parc National du Mercantour

Le 20 juillet 2010 à 7:13 par · 3 commentaires 

Quel plaisir de rechausser ses vieilles chaussures de marche ! Entre terre et ciel, montagne et mer, découvrez cet été le Parc National du Mercantour, un véritable paradis pour randonneurs. De petits sentiers, pour tous les niveaux, parcourent l’ensemble de ce territoire presque aussi grand que le Luxembourg. Avec ses 2150 km² dont 685 km² de coeur de parc entièrement protégé, la région abrite une formidable biodiversité. A 1h de la côte d’Azur, entre l’Italie et la France, voici la montagne comme vous ne l’avez jamais vue. Reportage dans la vallée de l’Ubaye, l’une des huit vallées qui composent le parc.

Au hasard d’un petit sentier de randonnée, deux marmottes batifolent, sans se soucier de la petite troupe que nous sommes. Seuls le bruit du petit ruisseau à notre droite et du vent jouant avec les mélèzes viennent agrémenter la vision d’un patrimoine exceptionnel. Bienvenue dans le vallon du Lauzanier, plus précisément dans la vallée de la haute Ubaye, l’un des sites touristique majeur du Parc National du Mercantour.

Nous sommes à environ 1900 mètres d’altitude. Devant nous s’offre un paysage dépourvu d’arbre. Un panorama marqué par un pastoralisme millénaire. Dans cet haut lieu de la transhumance alpine, près de 100 000 ovins et 2000 bovins profitent aujourd’hui des pentes herbeuses de l’Ubaye, sous l’oeil attentif des bergers.

Le pastoralisme, ici, fait l’objet d’attentions particulières. Il est durablement géré, directement entre bergers et responsables du parc. Cela permet la rotation des lieux de pâture et préserve la flore fragile du vallon. Cette proximité assure la sauvegarde des 2000 espèces de plantes dont 200 rares et 30 endémiques . L’occasion de découvrir le métier de garde-moniteur, présenté par Joe Lombard qui protège le parc depuis sa création en 1979.

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Intarissable sur le sujet, ce véritable passionné de la montagne nous présente son vallon, sa flore et sa faune et notamment le chardon bleu, dit la Reine des Alpes (photo ci-contre)

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Zoom sur :

La Saxifrage FlorulentaElle fut découverte à la fin du XVIIIème siècle, aux alentours du village de Valdieri en Italie, puis dans la vallée de la Tinée en France. Cette plante prestigieuse a longtemps été l’emblème du parc du Mercantour. Elle est l’une des plantes les plus endémiques de la région alpine.

Elle affectionne particulièrement les pentes abruptes entre 1900 et 3200 mètres d’altitude. Elle est facilement reconnaissable grâce à sa longue hampe florale et ses très nombreuses fleurs rouges.

Malheureusement, cette plante ne fleurit qu’une fois dans sa vie. Sa cueillette est donc bien sûr interdite mais ses biotopes sont protégés du fait de sa situation sur les falaises rocheuses.

Il n’est pas rare de croiser dans ce vallon, bouquetins, mouflons, daims, cerfs et autres grands mammifères. Pour notre part, c’est vers le ciel qu’il faut se tourner. Un couple d’aigles royaux plane, à l’affût des deux marmottes rencontrées un peu plus tôt qui sifflent pour prévenir d’un danger imminent. L’aigle royal est l’une des 153 espèces d’oiseaux que l’on peut croiser sur ces terres. L’une des plus curieuses est sans aucun doute le gypaète barbu (cf photo), surnommé le « casseur d’os » en raison de son alimentation. En pleine réintroduction dans les Alpes, il mesure près de trois mètres les ailes dépliées. Il est l’un des quatre plus grands vautours du monde,  mais aussi l’un des plus menacés. Joe nous explique qu’un couple niche dans ces montagnes.

Au fil de de notre excursion de trois heures, les explications de Joe, Emmanuel et des autres gardes moniteurs nous permettent de comprendre davantage les particularités de cet endroit magique. Il parait qu’il n’est pas rare, au sommet des montagnes, de voir la Corse au loin. Le Mercantour, c’est un balcon sur la Méditerranée  tourné vers les montagnes alpines. Sa situation géographique exceptionnelle explique ses richesses uniques. On est impressionné par cet endroit où l’homme ne semble pas avoir de prise. La nature y dicte ses conditions. L’été, les montagnes se découvrent de leur manteau neigeux et alimentent de nombreux petits ruisseaux, véritables oasis pour les animaux qui les habitent.

Le vallon du Lauzanier n’est qu’une partie du Parc du Mercantour. Mais où que l’on aille, les marmottes sont toujours là, plus nombreuses que les pigeons à Paris. Elle nous suivent, par exemple, dans le col de la Cayolle situé à presque 2500 mètres d’altitude. Ouverts trois mois dans l’année, les abords de ce col portent parfois le sceau d’une neige partiellement fondue.

Ne manquez pas d’ailleurs, si vous êtes dans les environs,  de dormir dans le refuge de la Cayolle, à 2266 mètres d’altitude. La nuit tombée, le spectacle du ciel étoilé prend le pas sur le paysage alpin, plongé dans un silence total.

Pour la petite histoire…

Crée en 1979, le Parc National du Mercantour et son homologue italien, Alpi Marittime, sont les héritiers de la réserve de chasse du roi d’Italie Victor-Emmanuel II. Réputé pour être l’un des territoires les plus sauvages de France, il est aujourd’hui au coeur des projets de développement durable dans la région. Pour ses 30 ans, le Parc a entamé une démarche de classement au patrimoine mondial de l’Unesco et espère une vraie politique de protection à l’échelle européenne.

  • Pour plus d’informations :
  • - Le site du Parc National du Mercantour

    - L’atlas du Parc National du Mercantour

    - Le site des Parcs Nationaux de France


    Article(s) sur le même sujet

    Les Hautes Terres de Provence : « Ici, c’est autre chose que loin, c’est ailleurs »

    Cette citation de Giono, originaire de Manosque, résume le caractère d’exception des Hautes Terres.

    Randonnée : un sentier adapté aux personnes handicapées

    Dans le Parc national du Mercantour, l'Handi'e-coguide accompagne les visiteurs malvoyants tout au l

    Cet été, profitez du monde !

    Vous n’avez pas encore trouvé d’idée pour vos vacances ? Néoplanète vous guide. « Provence-Alpes-Côt

    Vibrez aux sons du brame du cerf

    Nous sommes allés en forêt de Rambouillet pour observer un phénomène qui trouble, chaque année, la q

    PARTAGER
    OU
    NEWSLETTER
    Restez connecté ! Recevez chaque semaine les meilleurs News Bien-être, Eco-geste, Conso . Neoplanete c'est toutes l'actu sur l’environnement qui présente l’écolo-attitude de façon pédagogique, glamour et positive :)