écouteznotreradio
LES RUBRIQUES LE MAG LES RADIOS
Actu
Les animaux ne sont plus considérés comme « des biens meubles »
Conso
Pâques : on préfère un chocolat éthique et responsable
V.I.P
Cédric Klapisch nous ouvre son livre d’histoire

Bien-être
Entre deux eaux en Italie
Eco-Gestes
Nausicaa fait sa fête à la mer
Animaux
Du Verdon en Afrique, les animaux font leur cinéma !
Yolaine de la Bigne
  • écoutez la chronique Environnement

    Ecouter

  • écoutez la chronique Bonne nouvelle

    Ecouter

Nos Webradios

cocooner

Le lexique du jeter quoi et où

Le 9 décembre 2008 à 13:56 par · 7 commentaires 

Le tri des déchets :
Avouons-le : qui d’entre nous est capable de réciter par cœur son tri sélectif ? Toujours pas compris « pourquoi » il faut jeter la peau de la banane ici et le surligneur usé là ? Essayez, au moins, de retenir une fois pour toutes « où » vous devez vous en défaire. Et, en premier lieu, tenez-vous en aux consignes données par votre commune ou par le syndicat du traitement des déchets, car les recommandations peuvent varier selon les endroits.

Comment s’organiser :
Prévoyez 3 poubelles : « ordures ménagères » (la classique, sans tri) ; « papier » (une corbeille ou un sac en kraft peuvent suffire) ; « emballages » (son contenu ira rejoindre l’équivalent du bac jaune, à Paris). Manque d’espace dans votre 22m2 ? Bouteilles et bocaux peuvent être stockés dans le chariot à provisions jusqu’au prochain marché : soit vous vous en débarrassez dans le bac à verre de votre immeuble, soit vous avez repéré, sur le chemin, un container disposé à les accueillir.

Plus jamais ça !

Saluti da Napoli
Creative Commons License photo credit: Smeerch

Le prêt à jeter en 30 objets :

Les papiers gras (emballage du beurre etc) : aux ordures ménagères
Le flacon de shampooing : avec les emballages
Le papier alu du chocolat ; comme tous les papiers alu fin, aux ordures ménagères
Le tube de crème de marrons : avec les ordures ménagères
La brique de lait : avec les emballages
Le pot de yaourt en carton (à l’intérieur, il est très probablement recouvert d’une pellicule de plastique et, de plus, il est souillé) : avec les ordures ménagères
Les prospectus publicitaires : avec le papier
Les boîtes de conserve et les canettes : avec les emballage (poubelles jaunes)
Les collants : quelque soit leur composition : avec les ordures ménagères
Les stylos, feutres, crayons : avec les ordures ménagères
Le polystyrène : aux ordures ménagères
Le paquet de cigarettes : le film plastique et le bout d’alu avec les ordures ménagères, l’emballage en carton avec les recyclables
Les sacs plastique : comme tous les plastiques fins, avec les ordures ménagères
La boîte de camembert : comme tous les objets en bois fin, avec les ordures ménagères
Le tube de dentifrice, de crème ou de fond de teint : avec les ordures ménagères
L’ampoule grillée : si elle est à incandescence, avec les ordures ménagères ; si c’est une lampe basse consommation (LBC), à la déchetterie ou chez le revendeur en cas d’achat d’une ampoule LBC neuve.
Le spot électrique qui a rendu l’âme : à la déchetterie, ou via tout autre système de collecte de déchets dangereux mis en place par la mairie, ou chez le revendeur en cas d’achat d’un matériel équivalent neuf
La bouteille de bordeaux : avec le verre
Les bombes aérosols : avec le recyclable
Le mobile aphone : à la déchetterie ou via tout autre système de collecte des DEEE (déchets d’équipements électriques et électroniques) mis en place par la mairie. Voir aussi auprès du revendeur en cas d’achat d’un matériel équivalent neuf (il est tenu à l’obligation de reprise) ou avec l’opérateur, s’il a mis en place son propre système de reprise.
La tasse en porcelaine ébréchée : avec les ordures ménagères
Les CD, DVD, cassettes vidéos : avec les ordures ménagères
La flûte à champagne fendue : avec les ordures ménagères
Le miroir cassé : avec les ordures ménagères
Le robot ménager hors d’usage : à la déchetterie, ou via tout autre système de collecte de déchets dangereux mis en place par la mairie, ou chez le revendeur en cas d’achat d’un matériel équivalent neuf (il est tenu à l’obligation de reprise)
L’aspirateur époumoné : à la déchetterie ou chez le revendeur en cas d’achat d’un matériel équivalent neuf (il est tenu à l’obligation de reprise)
Les piles : les rapporter dans les grandes surfaces et chez les revendeurs, tenus de mettre à disposition dans leur magasin des points de collecte spécifiques
L’ordinateur définitivement récalcitrant : à la déchetterie ou via tout autre système de collecte des DEEE (déchets d’équipements électriques et électroniques) mis en place par la mairie. Voir aussi auprès du revendeur en cas d’achat d’un matériel équivalent neuf (il est tenu à l’obligation de reprise).
Le vieux thermomètre à mercure : à la déchetterie ou via tout autre système de collecte de déchets dangereux mis en place par la mairie
Les médicaments périmés : les rapporter à la pharmacie (y compris les flacons en verre, qu’il ne faut pas jeter)
Les radiographies médicales : gardez-les, au cas où. Ou déposez-les à la déchetterie ou via tout autre système de collecte de déchets dangereux mis en place par la mairie
(Source : Ademe)

En espérant vous avoir aidés à y voir un peu plus clair dans la jungle du tri, mais c’est important nous produisons, en France, environ 1kg de déchets par jour et par personne…

Les commentaires sont à votre disposition si vous avez d’autres combines pour jeter quoi et où….

Article(s) sur le même sujet

Le cercle vertueux de la production écologique

Jeter c’est devenu has been : finie l’économie linéaire, place à l’économie circulaire ! Le-cercle-v

Les déchets en ville : refaire d’un problème une solution !

Contrairement à ce que l’on croit, les déchets qui nous posent tant de problèmes aujourd’hui ne sont

Des déchets dans l’art en Seine Saint-Denis

Donner une seconde vie à vos ordures, voilà ce que propose la plasticienne Anne-Dominique Gaté fonda

Des cartouches à recharge

En Europe, près de 190 millions de cartouches laser et jet d'encre sont utilisées chaque année, ce q